Maintenance

Dans le cadre de la NFS 61-933 la SPEM est en mesure de proposer soit par l'intermédiaire du contrat, soit ponctuellement, des opérations de maintenance sur tout système SSI de façon à maintenir ceux-ci dans l'état où ils doivent assurer leurs fonctions.

- Dans le cas d'une maintenance préventive, celle-ci est réalisée selon les prescritions des fabricants

- Dans le cas d'une maintenance corrective il s'agit essentiellement du remplacement de certaines pièces dont la durée de vie est limitée.



 

MAINTENANCE

 

Maintenance préventive

Les visites de maintenance préventive ont pour but de réduire les pannes et de maintenir dans le temps les performances des matériels ou équipements afin de garder le niveau de performances initiales.

 

Maintenance corrective

Les interventions de maintenance corrective sont à effectuer après défaillance afin de remettre en état de fonctionnement électrique les matériels ou équipements, y compris de tous les DAS.

(Ventouses de portes coupe feu, commandes de clapets coupe feu, commandes de trappes, commandes de tourelles de désenfumage, commandes des coffrets de relayage, commandes non stop ascenseur, etc.….).

 

Les procédures de maintenance sont réalisées conformément :

Au règlement de sécurité incendie, à la Norme NFS 61-933, et au code du travail.

Aux Règles APSAD R4, R7, R16 et R17.   

    

Les personnels chargés d’exécuter les opérations de maintenance du S.S.I. sont formés pour intervenir en conformité avec les opérations prévues par le constructeur de chaque équipement.


Les opérations de maintenance doivent faire l’objet d’un enregistrement.

Le chef d’établissement doit être informé de toute opération de maintenance concernant le S.S.I. et de ses conséquences, afin de pouvoir apprécier les mesures compensatrices éventuellement nécessaires.


Tout constat entraînant la nécessité de modifier l’installation doit faire l’objet d’un document écrit soumis au chef d’établissement.


La personne chargée de procéder à la modification doit fournir les documents (plans, schémas, notices techniques) permettant la mise à jour du dossier d’identité.

La nature et la périodicité des opérations de maintenance préventive doivent faire l’objet d’une notice concernant l’ensemble des constituants du S.S.I., élaborée par les constructeurs et/ou l’installateur et annexée au dossier d’identité.


Les critères déterminés par le constructeur doivent permettre d’établir selon le cas :

- un échéancier (maintenance systématique) ;

- et/ou un (des) état(s) de dégradation (maintenance conditionnelle) ;

- et/ou des seuils prédéterminés significatifs de dégradation (maintenance prévisionnelle) ; propres à déclencher une (des) action(s).


La personne chargée de la maintenance corrective doit s’engager à intervenir dans un délai compatible avec la nature de l’exploitation.

Les opérations de maintenance corrective doivent être réalisées par un personnel habilité pour intervenir sur le S.S.I. aux niveaux d’accès III ou IV (au sens de la norme NF S 61.931).


Le personnel chargé de la maintenance élémentaire du S.S.I. doit disposer en permanence d’un stock de petites fournitures de rechange correspondant aux différents modèles utilisés telles que lampes, fusibles, vitres pour dispositifs à bris de glace, cartouches de gaz inerte comprimé, etc., conformément aux indications figurant dans la notice d’exploitation et de maintenance du dossier d’identité du S.S.I.


Si le chef d’établissement fait appel à une entreprise extérieure pour effectuer les opérations de maintenance, un contrat devra être établi, visant les paragraphes 5.1 à 5.8 du présent document. 


Compétence (niveaux d’accès au sens de la norme NF S 61-931)

La norme distingue, par ordre croissant de compétence :

 

Niveau 0 (disposition du public) : accès possible à la signalisation ou à certaines commandes, par exemple, l’ouverture d’un ou plusieurs exutoires de désenfumage, l’action sur un bris de glace mis disposition de toute personne.

 

Niveau I (agent de sécurité) : les opérations effectuées correspondent à la gestion normale du système.

 

Niveau II (chef de service sécurité) : Les opérations effectuées sont susceptibles de modifier les données du système ; par exemple : mis hors service d’une zone d’asservissements automatiques pour essais ou travaux.

 

Niveau III (personnel habilité à faire la maintenance élémentaire ou du contrôle) : c’est à ce niveau que sont effectuées les opérations de vérifications et mesure destinées à s’assurer du bon fonctionnement du système, ainsi que le remplacement des éléments dont l‘interchangeabilité est prévue.

 

Niveau IV : les interventions sont effectuées par une personne ayant l’agrément du constructeur.